Capture d’écran 2021-04-15 à 15.43.35.

Déclarations liminaires

Déclaration liminaire de la FNEC FO PF du 26 janvier 2022

Mesdames et Messieurs les membres du CTP, Ia ora na. Monsieur le Président du CTP, Ia ora na.

Après bientôt 2 ans de crise « sanitaire », nous nous retrouvons aujourd’hui pour ce comité technique paritaire afin de préparer la rentrée 2022-2023.

Nous souhaitons évoquer certains points, gérer une crise et des urgences n’est pas chose facile. Nous estimons que la gestion lors du passage en vigilance rouge suite à la dégradation climatique a été catastrophique, des élèves internes ont été renvoyés chez leurs correspondants faute de consignes claires dans des délais raisonnables selon certaines vies scolaires. Ce genre d’événement pouvant se reproduire, nous estimons que des procédures précises devraient être mises en place.

Concernant le protocole sanitaire, des difficultés se font ressentir, des incompréhensions vis-à- vis des choix de maintenir certaines contraintes, pesant sur le moral de certains collègues. Le Pays ayant allégé des contraintes, le maintien des services de repas pendant les cours dans quelques collèges est contre-productif. Le bruit ambiant provoqué par les élèves à l’extérieur perturbe les cours des collègues. Deux heures sont ainsi perdues chaque jour soit dix heures par semaine pour un enseignant et ses élèves...

Concernant les personnels :

Un nombre d’HSA en constante hausse, certains d’entre eux font 6 à 8h supplémentaires par semaine. Comment assurer un enseignement de qualité avec tant d’heures supplémentaires ? Nous nous posons la question et souhaitons que lorsque cela est possible qu’à minima des mi- temps soient créés !

A cela, il faut ajouter la lenteur des remplacements, faute de candidats ? Nous nous posons également la question parfois dans des disciplines où pourtant nous avons des jeunes diplômés.

Nous déplorons encore et toujours le manque de CPE, nous demandons de réelles créations de postes à Huahine, à Tahaa et dans tous les établissements où les effectifs le justifieraient et non pas des rustines annuelles des postes en gestion.

Nous déplorons également le manque d’infirmier(e)s, d’assistantes sociales / assistants sociaux plus que nécessaire. Nous souhaitons que des postes pérennes soient créés en urgence et non pas les mêmes pratiques que pour les CPE.

Concernant les agents techniques :

Certains d’entre eux voient leur charge de travail augmenter depuis plusieurs années, aucune création de postes supplémentaires malgré de nouvelles structures et donc de nouvelles surfaces qui ont été créées ces dernières années. Nous réitérons notre demande pour qu’un travail soit effectué afin d’estimer le besoin réel en personnels à travers un vrai barème tenant compte de critères objectifs, sans avoir comme base de départ les moyens mis à disposition du Pays.

Au niveau administratif, il manque aussi des postes !

Pour les adjoints d’éducation, nous avons des besoins. Les rustines des CAE, services civiques, DEAP ne peuvent perdurer, il faut un recrutement d’adjoints d’éducation le plus rapidement possible.

La FNEC FP FO Polynésie exige la création de postes d’enseignants, CPE, AS, Infirmières, ATRF, Administratifs, Adjoints d’éducation.

Concernant les CETAD, nous avons des interrogations que nous développerons lors de nos échanges. Des questions se posent : Quel est l’objectif ? Mettre à disposition des élèves un enseignement de qualité ou remplir des salles de classe ? La démultiplication des ouvertures de CPAP GEMM nous laisse perplexe, y-a-t-il eu des modifications du référentiel de ce diplôme ?

Concernant le CTP et sa version CHSCT, nous demandons à être réunis rapidement.

Depuis de nombreuses années, nous demandons une mise à jour de l’arrêté 732 CM pour créer des commissions. À ce jour rien n’est fait ! Si vous ne disposez pas du personnel adéquat pour faire les modifications, nous vous proposons de rédiger un projet d’arrêté CM pour créer officiellement toutes les instances représentatives du personnel dans les EPEPF (CHS, CVL, Commission éducative...), projet qui pourrait être soumis à l’avis d’un prochain CTP et HCE pour une publication dans les plus brefs délais et ce dans l’intérêt de tous.

Et enfin, nous ne comprenons pas les consignes qui ont été transmises et peut-être mal comprises par nos personnels de direction concernant la DHG. Comment faire une répartition des moyens sur un quota d’heures qui n’a pas encore été validé et le faire valider en CE ?

Concernant les examens, évaluations normatives du Bac : Comment seront pris en compte nos élèves de Polynésie Française en terminale car nous avons eu un mois de confinement à la rentrée ? Comment la situation locale sera-t-elle prise en compte ?

Nous espérons que nos travaux de ce jour seront fructueux et nous vous remercions de votre écoute.

Capture d’écran 2021-04-15 à 15.43.35.

Déclarations liminaires

Déclaration liminaire de la FNEC FO PF du 27 janvier 2021

Monsieur le Directeur, Monsieur le Président de la CTP, Monsieur le Vice Recteur,

Mesdames, Messieurs les membres de la commission,


Avant tout, nous vous adressons nos vœux de réussite pour cette année 2021. Nous souhaitons contribuer à cette réussite, en restant force de proposition par le dilalogue et la construction et nous vous assurons notre disponibilité pour cet échange.


Plus concrètement, nous vous relayons aussi les motifs de la grève intersyndicale du 26 janvier 2021 qui exprime le mécontentement des personnels :

« Pris au motif de « l’état d’urgence sanitaire », les décrets passant le baccalauréat sous contrôle continu doivent être retirés. Suite à la publication au Conseil Supérieur de l’Éducation le 7 janvier des décrets instituant le contrôle continu au Baccalauréat jusqu’en 2022, l’intersyndicale SNFOLC-SNES-SUD éducation-CGT éduc’action-SNALC-SNCL s’oppose au ministre dans son communiqué du 12 janvier : elle réaffirme son « attachement aux épreuves terminales, nationales, ponctuelles et anonymes, garantes de la valeur nationale du diplôme et de  l’égalité des candidats face à l’examen » et demande « leur rétablissement dès cette année et l’abandon du contrôle continu ».

A ce titre nous rejoignons la FNEC FP FO nationale :

- Rétablissement du cadre national du baccalauréat avec ses  épreuves terminales, nationales, anonymes et ponctuelles. Le baccalauréat ne se négocie pas établissement par établissement !

- Abrogation de la réforme du baccalauréat et du lycée, abandon de Parcoursup !

Recrutement massif de professeurs tout de suite, aucune suppression de postes à la rentrée  Nous sommes professeurs, notre place est d’instruire. Le droit  à l’instruction, le droit aux études ne doivent pas être bradés !»


Ici en Polynésie française, nous constatons que la crise sanitaire frappe tous les établissements, les élèves et les personnels, ce qui entraîne des troubles pyschosociaux pour les personnels qui n'ont pas d'autre choix que de refuser les heures supplémentaires, cette surcharge de travail ne favorise à aucun niveau l'efficacité au sein de la communauté scolaire, dans ce contexte de réforme instable. Ainsi dans ce cadre, nous réitérons nos demandes de créations de postes, infirmières, CPE, AS et de professeurs.


Cette crise sanitaire met aussi en évidence les conditions d'accueil matérielles dans les établissements, à ce titre nous réitérons notre demande d'installation d'un CHSCT et de CHS dans les établissements ainsi que la mise en place d'un schéma directeur du numérique en Polynésie française.


Nous ne pouvons que regretter l'absence de l'institution lors de l'ouverture de l'internat du LP de Faa'a après des années d'attente.


Nous demandons aussi une rencontre pour alerter de nouveau les autorités sur les problèmes de sécurité et d'hygiène dans les établissements.


                                                                                   Pour la FNEC FP FO en Polynésie française